La saison des pluies

Quand on est arrivés, on a eu droit à la saison des pluies. Elle est de retour. La saison des pluies n’est pas vraiment comme je l’imaginais. En effet, l’eau tombe à torrent (et ce n’est pas qu’une expression), parfois accompagnée de fortes rafales de vent et d’éclairs. Mais ce ne sont pas des pluies diluviennes qui tombent toute la journée. Le plus souvent il fait beau le matin, grosse pluie vers 1 heure, un peu de beau temps, et re grosse pluie à l’heure de la débauche…

Et justement, hier, à l’heure de la débauche, il pleuvait. Alors je suis resté un peu plus longtemps au bureau. Comme il continuait à pleuvoir, j’ai continué à rester… J’ai joué à ça une bonne demi-heure.

Malheureusement il y avait quelque chose que j’avais mal calculé… Le plus important, ce n’est pas l’eau qui tombe, c’est l’eau qui s’accumule. Je suis donc parti armé de ma combinaison, pestant après tous les taxis qui me douchaient en me croisant, roulant lentement dans des flaques de 20cm d’eau qui cachent les trous de la route, etc. Jusqu’ici tout allait bien. Je prend le (futur ex) petit raccourci habituel par Quốc Hương, là plus j’avance, et plus la moto s’enfonce. Mais vous savez comment sont les gens optimistes, on pense toujours “boh, ça va finir par remonter ! Et puis s’il y a des viets qui s’engagent, ils savent ce qu’ils font”. Rien qu’en écrivant la seconde phrase, je sens bien qu’elle est idiote. Oui les Viets savent ce qu’ils font, et ils en ont rien à taper de noyer leur moto. Quand elle s’arrêtera, ils pousseront, c’est pas plus compliqué que ça.

J’avance, la rue continuer à descendre, et donc l’eau, à monter. Finalement 50m devant moi je vois un taxi qui avance, faisant une vague de 10cm qui noie toutes les motos. Prenant mon courage à 2 mains… je monte sur le premier perron que je trouve. Le taxi continue sa route noyant le reste des motos qui n’avaient pas fait comme moi. Je reste là 5 minutes à regarder les taxis passer et noyer les motos. Je me dis, que c’est sur, je vais y passer. Quand les motos passent, il n’y a que la vitesse qui n’empêche l’eau de rentrer dans le pot, un demi-tour est donc exclu. La propriétaire du perron sort pour me dire qu’il va falloir que je me jette à l’eau. Je fais une petite vidéo, je me dis que comme ça au moins, si je pousse la moto pendant 30 minutes, j’aurais un truc à vous montrer.

Image de prévisualisation YouTube

Je démarre la moto, et j’attend qu’il n’y ait plus de taxi en vue. Je me lance en 2nde. Je roule le plus vite que le peut la moto dans 40cm d’eau, en priant pour que je ne croise pas un taxi ou un trou dans la route, voire pire… que la rue ne remonte jamais.

Comme finalement il n’y a de la chance que pour les canailles, je m’en tire bien et je rentre jusqu’à l’appartement… L’avantage, c’est qu’ici, quand il pleut, il fait toujours plus de 26°C ^^

Partager ce billet

7 réflexions au sujet de « La saison des pluies »

  1. Salut
    c’est la récession aussi à Saïgon, de une fois par jour, tu passes en bi-mensuel.
    c’est bien dommage!! toujours très intéressant et même parfois on rigole pas mal
    continue et bravo

  2. Il fait pas semblant quand il pleut là-bas !!! Tiens mon Cyril, je t’envoie (par la pensée) un peu de soleil de Crête où nous sommes en vacances . Bises à vous quatre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>