Une nuit en train

Comme toutes les 2 semaines à 1 mois, je suis parti à Quy Nhon. Manque de bol, mon Passeport est au service d’immigration pour l’obtention de ma carte de résident. Pas de passeport, c’est pas de d’avion. Pas d’avion c’est donc le train.

Départ comme d’habitude, à 6h. Sauf que ce n’est pas le matin, c’est la veille au soir.
Arrivé la gare, comme j’ai des doutes sur le fait qu’ils servent des plateaux repas, j’avale un Ban Bao et j’achète une bouteille d’eau.
Je m’approche du quai, je vois le train, mais évidement tout est marqué en Viet, j’ai un peu peur de me planter. En même temps je crois qu’il n’ a qu’un seul chemin de fer qui va de Saigon à Hanoi.

Par déduction je trouve celle qui doit être ma place dans le wagon. Je suis dans une cabine de 4, à l’étage. Je m’installe tant bien que mal.

Apparemment un canadien a survécu, pourquoi pas moi ? Sur ma couchette il y a 2 coussins empilés et un drap blanc plié dessus. Je déplie le drap et recouvre le lit et les 2 coussins. Le drap est plein de cheveux (enfin j’espère que ce sont des cheveux), je commence à douter qu’il soit plus propre que la couchette. Enfin reste toujours l’espoir qu’une belle canadienne vienne me tenir compagnie dans la couchette en face. Evidemment la belle canadienne s’avère être un vieux monsieur, puis 2 et enfin une vieille dame qui a bien mangé à la cantine.

En parlant de cantine, le train démarre juste, que quelqu’un passe pour vendre de la nourriture. Je suis content d’avoir mangé mon Ban Bao, parce que l’hygiène ferait même peur à une bactérie.

Il fait une chaleur atroce, près de 40 je pense. Je suis bien content d’être en short, je me demande comment font mes voisins avec leurs pantalons. Evidemment ce qui était à craindre quand on est enfermé avec 2 autres garçons arriva : 1 des 2 ronfle. Mais bon, j’ai déjà dormi avec Manolo bourré, il peut s’accrocher le viet avant de lui faire de la concurrence. Je m’endors bercé par le ronflement du train et le le balancier de mon voisin.

1h00 du matin. Je me réveille. Il fait 16° dans la pièce, la clim tourne à fond. Ils sont vraiment malades avec la clim les viets. J’essaie de rendormir, le voisin ronfle toujours.

1h05 Finalement je ne vais pas y arriver il fait trop froid. Mais j’ai tout prévu, j’ai l’habitude des clims viets, j’ai toujours ma petite polaire dans mon sac.

1h25 je sais maintenant pourquoi le canadien a collé un drapeau, il se croyait chez lui, en plein hiver.  Impossible de me rendormir, même avec la polaire. Je commence à imaginer que je pourrais tuer la vieille et piquer son pantalon. Pour éviter le meurtre je me casse la   descend d’un étage et je vais faire un pipi. C’est rigolo, le train bouge beaucoup, c’est un jeu amusant pour garçon. Je repars me coucher. Je m’aperçois que la dame et un monsieur ont une couverture ! Doit y’en avoir quelque part dans la chambre, alors j’allume mon portable et je cherche… mais je ne trouve rien.
Alors je me recouche sans  couverture.

1h45 tant pis, je me fous d’attraper des  cochonneries, j’utilise le drap comme une ridicule couverture. Je vire le coussin du dessus pour dormir sur le ventre (ça fait moins froid).

Je me pèle toute la nuit.

5h25 la voisine avait mit son réveil. Je casse la glace qui s’est formée sur mes cils et j’ouvre les yeux. Il fait jour, le voisin d’en face est sorti de la cabine. Et là qu’est-ce que je vois :

La couverture est comme le coussin, et il n’a qu’un seul coussin lui. Le doute m’assaille comme si j’avais vu une tasse avec marqué “kobayashi” en dessous.

Je regarde le coussin que j’ai balancé à mes pieds, puis je regarde le coussin sur lequel je dors. Bingo, le coussin sur lequel je dors depuis le début EST la couverture que j’ai cherché, espéré, prié toute la nuit.

Je suis vert, je me suis pelé toute la nuit alors que j’avais la couverture. Je me mets dessous quelques minutes, juste pour voir ce que ça fait T_T

Je repose ma tête sur le vrai oreiller et regarde ma voisine qui se cure le nez (prochainement je ferai un article sur les us et coutumes, ça vaudra son pesant de noix de coco). Elle finit de se curer le nez en s’essuyant le doigt sur son coussin. Je me relève d’un bond, pris de dégoût pour le coussin sur lequel j’ai posé la joue toute la nuit.

Pas tout ça mais on va bientôt arriver, je vais faire mon pipi du matin. Houlà ils ont changé les toilettes de place pendant la nuit on dirait. Non ? Bon alors manifestement tous les garçons du train ont joués au même jeu que moi, mais eux, ils ont perdu. La cuvette semble être l’endroit le plus propre du chiotte. Je ressors et croise une européenne (ou assimilée) qui veut y aller. J’ai mal pour elle. Je repars dans mon wagon, imaginant comment la dame va s’en sortir. Je remonte dans mon lit et repli mon sac. La voisine rigole bruyamment en me montrant du doigt pendant qu’elle parle au voisin (prochainement je ferai un article sur les us et coutumes, ça vaudra son pesant de noix de coco, quoi je l’ai déjà dit ?). Ça pourrait m’énerver, mais je m’aperçois qu’elle a une crotte de nez collée à la joue… j’éclate de rire. Elle rigole avec moi ne sachant surement pas pourquoi je m’esclaffe.

Bilan : je n’ai pas beaucoup dormi et si la lèpre existe au Vietnam j’ai du l’attraper  Je pense que le canadien a collé le drapeau dans un dernier geste avant de mourir. Bon j’ai essayé, mais je ne le ferai plus.

 

 

 

 

 

Ah si, j’ai oublié qu’il fallait faire le voyage retour T_T

Ça me tarde 🙁

Share

13 réflexions au sujet de « Une nuit en train »

    • N’hésitez pas à venir, en basse saison (donc quand il fait froid en France et chaud ici), les billets sont abordables 😉
      Et puis c’est marrant, ma femme c’est en Corse qu’elle rêve d’aller ^^

  1. Bon te plains pas non plus, t’as réussi à dormir jusqu’à 1 heure 😉
    J’espère que t’en as profité pour faire de beaux rêves!
    Je me marre à chacune de tes aventures, continu comme ça et à bientôt
    Bises à vous 4

  2. Excellent! J’adore (ou plutôt je devrais dire “on adore”) te lire mon copain et moi!
    Montré les photos/vidéos des insectes plutôt ragoûtants que tu as dégustés aux beaux-parents aussi, relaté ton récit du restau où l’on consomme du chien…!…tu as bcp d’humour! c’est un régal de te lire! 😉 Ma Coco ne doit vraiment pas s’ennuyer avec son Homme! ^^
    Bisous à l’adorable famille que vous composez! 🙂

    • Oh oh ! Doucement avec les compliments pour Cyril. Il pourrait y croire, se dire que je suis pas assez bien pour lui et me quitter ! J’ai encore besoin de lui pendant quelques décennies.
      Et puis c’est pas bon pour lui, il va croire que les gens sont dans l’attente de trucs fous de sa part et il peut aller très loin comme ça !

      Bises à toi et à ta petite famille et à bientôt j’espère.

  3. Est-ce que quelqu’un à un titre à proposer ? Un truc plus original que “Cyril chez les Viets” ou “les aventures vietnamiennes de Cyril” ? Alors, des idées ?
    D’ailleurs, je pense qu’il va falloir rebaptiser notre blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *