Panos

Hier (samedi), nous avons eu une journée bien remplie. Jusqu’à présent, on était pas vraiment sorti, alors on avait décidé de visiter un peu (enfin). Coralie voulait monter à la tour Bitexco (bitèchko) et moi prendre un verre sur la terrasse du palace “le caravelle”. Ce serait donc une journée “panorama”.

Mais avant tout, il me faut me faire couper la tignasse. Je pars chez mon petit coiffeur de rue. La dernière j’avais rebroussé chemin car en plus de se faire couper les cheveux, le client avant moi s’était fait raser (au coupe-choux) et… nettoyer les oreilles ! Un truc qu’il fallait que j’essaie ! Alors après la coupe, je lui montre les oreilles. Il rigole, transforme le siège en banquette et s’arme d’une frontale et de tas d’outils de torture. Ce n’est pas très agréable et ça me fait stresser. Finalement en ressortant j’ai mal à l’oreille droite, je ne pense pas le refaire de suite.

Nous arrivons en taxi à la tour Bitexco. Elle est gigantesque… et le prix pour monter au belvédère est proportionnel. Ils nous font cadeau de l’entrée pour les filles, ils nous reste 16€ pour les grands.On monte dans l’ascenceur pour les visiteurs, il n’y pas beaucoup de boutons : RC-6-49-50. Le panorama est au 49ème étage. On monte très vite, les oreilles font très mal (surtout la droite, évidement).

Le panorama est magnifique, on voit toute la ville. Par contre les vitres sont sales et il est impossible d’aller à l’extérieur. Je réussi tout de même à faire assez de clichés pour monter un panoramique (désolé, je n’ai pas réussi à l’intégrer autrement qu’en flash)

On monte au 49 et demi pour boire un coup. Après 15 minutes d’attente pour avoir nos 2 cafés et nos oranginas, je commence à perdre ma zenatittude. Le serveur me dit qu’ils sont désolés, qu’ils sont débordés (et oui, on est 15, un café chacun, heureusement qu’ils ne servent pas dans les férias). Le plus gros, c’est que les vietnamiens, même s’ils arrivent 14 minutes plus tard, sont servis avant nous. Le prix est Parisien (4€ la première bière, même pas à la pression). Veni, vidi, reparti, et on ne reviendra pas je pense.

 

Je dis gentiment à Coralie qu’elle a vraiment toujours des plans pourris et qu’on aurait du suivre mon idée d’aller boire un coup au Caravelle. Les consos sont très chères,  mais au moins on aurait pas payé l’entrée. Après plusieurs km de taxi et de marche à pied, on se retrouve enfin au restaurant où on voulait aller (et qui se trouve à quelques centaines de mètres de la tour, on est pas doués).

Le resto s’appelle l’Usine. Difficile à trouver, au fond d’un petit passage, la déco d’usine est top, vraiment superbe. Par contre la bouffe est nulle : le meilleur aura été les sandwichs (jambon-fromage-pain de mie) des filles, à 4€ pièce. L’ambiance est celle d’un réfectoire d’usine, avec de grandes tables superbes où on mange tous les uns à côté des autres. Revers de la médaille, la salle résonne énormément, cela devient rapidement usant et désagréable. Le pire reste la saleté et la vétusté des toilettes. Pareil, on ne reviendra pas.

*

 

Direction le Caravelle. Le palace est magnifique, on se croirait dans “amour, gloire et beauté”(même si je n’ai jamais regardé ce savon). On monte au dernier étage : le 9ème, tout de suite ça fait nain de jardin après la Bitexco. Le Saigon Saigon Bar est très joli, dans un style colonial, et la vue est jolie (même si elle n’est pas comparable à la Bitexco). Comme prévu, les consos sont très chères. On y retournera peut être voir un soleil couchant (donc vers 17h30), mais guère plus.

 

 

On fait quelques boutiques, on trouve enfin le tee shirt Ipho pour Solveig et moi

source photo : http://www.monsieurlam.com/tag/ipho/

On trouve surtout (enfin et par hasard) un article que je pistais depuis longtemps : les libellules en bambou. Elles sont faite à la main dans un petit village du Vietnam proche de Hanoï (jetez un oeil sur ce super lien). Elles tiennent en équilibre sur le bout du nez (le leur), je suis fan.

 

On finit au “Saigon square hai” pour que Coralie s’achète un pantalon. Evidement, on y passe 2 heures et on ressort sans pantalon. On y croise Sophie (qui a été notre colocataire au début et que les filles adorent) et Marguerite. En ressortant, on voit un marchand qui vend des DS…et dans quelques jours c’est l’anniversaire de Sélène. Vous avez déjà constaté mes talents de négociateur, alors je prend mon courage à 2 mains et je laisse Coralie négocier pendant que j’éloigne les filles.

Pour les éloigner je sais exactement où je veux aller : les marchand de poissons ambulant. Et il est frais leur poisson ! Sélène choisit un ramirezi, le plus joli  (et le plus cher poisson que j’ai eu en aquarium). Je me souviens que c’est un poisson Amazonien (pas l’écluse à côté) et que je les avais payé environ 50€ le couple, alors je crains un peu. Je demande le prix, il me fait signe “3”. Bon 300.000 ça fait 12€, mais en fait après quelques mimes, il s’agit de 30.000, 1€20. Du coup je lui demande le prix si je prend la poche complète avec les 3 poissons : 2€. Alors on repart avec nos poissons. Seul hic, j’ai oublié de demander s’il vendait de la nourriture pour peuch. Faut que j’aille voir les pêcheurs du coin.

Share

4 réflexions au sujet de « Panos »

  1. Grâce à Hélène j’ai découvert votre site fort bien fait ma fois et superbes photos. J’en ai profité pour lire toutes vos péripéties, nous sommes contents d’avoir de vos nouvelles par ce biais. Bises à vous quatre.
    Sinon les libellues j’adore…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *