La Circulation à Ho Chi Minh

Je vous l’avais promis, voilà donc mes impressions sur la circulation saigonaise. Autant vous le dire tout de suite, elles sont assez négatives. C’est peut-être dû à notre premier contact avec un chauffeur de taxi qui ne savait pas conduire. Je n’ai pas dit qu’il conduisait mal, mais bien qu’il ne savait pas conduire. Il restait 2 heures sur l’embrayage par peur de caler, mais ça ne marchait pas, il calait tout le temps (avec un Toyota diesel 2.0L)… Mais revenons à nos buffles.

On peut dire que la circulation ici est régie par quelques règles simples :

1. C’est le plus gros qui a raison

Les camions ont tous les droits et toutes les priorités sur les voitures qui ont la même chance sur les motos qui s’imposent sur les vélos. Ça parait évident comme règle, mais ça prend toute sa valeur quand un semi chargé de béton et lancé à 60km/h  klaxonne dans votre dos.

2. C’est celui qui est devant qui a la priorité

Quand vous êtes sur une artère principale et que quelqu’un sort d’une ruelle ou d’un stationnement, il est devant vous, faut piler ou l’éviter. Quand quelqu’un vous double, il passe devant vous, il peut donc se rabattre sans se soucier de savoir s’il va vous accrocher ce faisant, le mieux est encore une fois de freiner bien fort. Si sur l’autoroute quelqu’un roule à contre sens (sur le bord hein, ils ne sont pas fous quand même), il est devant vous, il faut l’éviter. Si vous déboulez d’une rue sans avoir regardé ce qui venait, priez pour ne pas être sous le coup de la première règle.

3. Ne jamais s’énerver

Celui qui parle du flegme britannique n’est jamais venu au Vietnam. TOUS les taxis roulent avec une main sur le klaxon. J’ai mis “tous” en majuscule car je n’ai pas encore constaté d’exception.Tout le monde se coupe la route, ne respecte aucune distance de sécurité, klaxonne plus qu’à Marseille… On se dit que ça va partir au patac (à la pampe, la castagne, au bourre-pif…). Ben non, rien. Ils ne se saluent pas ou se font la politesse comme feraient des rosebe anglais, juste ils n’en ont rien à faire. Leur avertisseur sert à avertir et comme ils roulent comme des tarés, ils avertissent tout le temps. Et comme on a le droit de couper la route, faire des queues-de-poisson-chat ou des contre-sens, y’a pas de raison de se fâcher.

4. Il faut se protéger !

…enfin si on a envie. On est obligé de porter un casque mais  c’est pas grave si vous n’en portez pas. On voit souvent des motos avec 4 personnes dessus. Le conducteur a un casque, les femmes et les enfants, non. On roule en tongs, short et tee-shirt. On ne met pas sa ceinture de sécurité, etc.

Et pourtant au bout d’une semaine dans cette circulation délirante ou on s’attend à voir un accident mortel toutes les 2 minutes : rien. Je pense que c’est dû vraiment à la vitesse. Les Viets prennent leur temps pour se déplacer, à 50km/h, à 40, voire à 20. Par contre, outre le fait que certains peuvent conduire sans avoir pris plus de 2h de cours, ils roulent tous en sous-régime. Un truc de fou. A 40km/h ils ont déjà passé la 5ème. On a mal rien qu’en entendant le moteur.

Le pire dans tout ça, c’est qu’on finit par s’y faire. Je coupe la route quand je sors des ruelles, je me rabats quand ça me plait, je roule sans casque le soir (ça c’est le rêve) et on se balade à 4 sur la moto, en une semaine…

Allez quelques photos qui malheureusement ne rendent pas compte de la densité de la circulation, je ferai une vidéo.

Share

4 réflexions au sujet de « La Circulation à Ho Chi Minh »

  1. Un truc de OUF ! mais même si on peut faire sans le casque, je ne peux pas oublier qu’il sauve des vies ! Alors en attendant il faut faire quoi ? Prier ? (lol)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *